WebMyDay​ 🖥️

Le code de la simplicité.

Le portrait

Nom Julia Lumbroso

Poste CMO chez WebMyDay

Cursus Méandreux dans ces débuts puis CESACOM Paris

ExpériencesSoCloz, Supertripper, Q-Park

Elle aimeLes pâtes au beurre avec de la crème fraiche.

Elle n’aime pas : Les gens qui ne respectent rien.

"À 6h du matin, ma mère passe l'aspi dans ma chambre. Le message est clair : "tu vas te bouger !"

Julia Lumbroso

Cherche-toi et l’entrepreneuriat te trouvera

Bastien

Peux-tu te présenter rapidement ? Quel est ton parcours ?

Julia

Bien sûr ! Je suis Julia Lumbroso et je suis CMO chez WebMyDay.

J’ai un parcours qui est loin d’être linéaire et plutôt semé d’embûches. J’ai fait un bac STMG que j’ai failli rater ahah. Je me suis retrouvée, après l’épreuve, à devoir rattraper 73 points. Pour moi, c’était vraiment perdu d’avance. Je pensais déjà devoir refaire ma terminale. Mais très vite, avec ma famille, j’ai mis en place une stratégie pour tenter un « coup d’état ». J’ai choisi mes matières, et j’ai beaucoup travaillé. Le jour de l’épreuve, les profs me dévisageaient et quand j’entrais dans les salles de rattrapages, j’avais le droit à des « Ahh c’est toi, la fameuse Julia ! » comme s’ils n’avaient jamais vu ça ! Finalement certains miracles se produisent et j’ai rattrapé 78 points ! Comme quoi, il ne faut jamais abandonner !

À la suite de ce premier épisode chaotique, j’ai dû me poser des questions sur ce que je voulais faire. J’ai trouvé des réponses sur comment je voulais vivre plus tard mais pas vraiment sur ce que je voulais faire. Je savais que je voulais avoir mon indépendance, je ne voulais personne au-dessus de moi, ne pas avoir de boss. Quand je me projetais, je me voyais pouvoir emmener mes enfants à l’école et avoir du temps pour ça sans courir au bureau et travailler pour quelqu’un d’autre.

Je me suis donc tournée vers la Psychothérapie. Ça me permettrait d’être libre, d’avoir une dépendance chez moi pour recevoir mes clients, et de gérer mon temps comme bon me semble, d’avoir de la flexibilité. Je suis donc partie en fac de psycho à Nanterre. Mais… je fais 1 semestre et ça me dégoute. Le programme n’est pas le même que celui qu’on m’avait proposé, je ne me vois pas continuer comme ça pendant des années. Au même moment c’est la période des vacances de Noël, et ma mère me dit que toute la famille part en vacances à la montagne pour skier, mais que je ne peux pas venir car j’ai des cours. À cet instant, je déteste tellement les cours que je décide quand même de partir en vacances. Ça a été le déclic je : me voyais déjà arrêter. En rentrant de voyage, il y avait une lettre chez moi qui m’annonçait que j’étais éliminée des partiels. L’aventure aura été courte.

Ce n’est pas une blague, mais le lendemain matin du jour où j’ai arrêté la fac, alors que je dormais encore, ma mère vient dans ma chambre et passe l’aspirateur. C’était clairement pour me dire « je ne veux pas d’une larve à la maison, tu vas te bouger ! ».

J’ai donc commencé à donner des cours scolaires à des enfants et j’ai beaucoup apprécié transmettre ce que je savais. J’aime beaucoup écrire et le transmettre m’a fait plaisir. Cela donnait du sens à ce que je faisais. J’avais trois enfants sous mon aile et un jour la mère de l’un d’entre eux me demande ce que je fais l’été suivant. Je n’avais rien de prévu. Elle me propose alors de travailler chez Q-park parce qu’elle connait l’entreprise et a moyen de le faire. J’effectue mon stage d’été là-bas avant de me poser de nouvelles questions pour la rentrée 2014.

Je me rends compte que j’aime beaucoup l’archi, surtout ce qui touche à l’Haussmannien. Je pense à faire un BTS en immobilier pour pouvoir travailler dans ce secteur.

Finalement, ce n’est pas du tout ce que je fais. Je pars en BTS négociation client et dans la foulée je rentre en alternance chez Q-Park où ma première expérience s’était vraiment bien passée. Par la suite, j’enchaine avec un stage chez Igraal en 2017. Plus tard, avec une alternance chez Supertripper. En même temps j’intègre CÉSACOM Paris pour mon M1. Je continue sur ma lancée en alternance chez SoCloz pour obtenir mon M2 en 2020.

Toujours en parallèle, Léopoldine lance sa boite avec son copain Victor : c’est une agence Web. Elle me propose de voir ce qu’ils font et je m’intéresse au projet. Très vite, on se rend compte que les clients veulent plus. Ils demandent à faire les sites eux-mêmes, d’imaginer eux-mêmes les agencements, les designs. Ils veulent pouvoir prendre part à la construction du site et apprendre. C’est comme ça que nait WebMyDay en 2020.

Bastien

Tu peux nous présenter WebMyDay plus en détails ?

Julia

WebMyDay, c’est la nouvelle façon de concevoir simplement un site web. On s’adresse particulièrement à des personnes en reconversion professionnelle qui ont un besoin en création de site web. On s’est rendu compte que les clients voulaient plus de liberté dans la création de leur site. On s’est dit qu’on allait leur donner une feuille blanche, qu’ils allaient dessiner leur site dessus pour qu’ensuite nos équipes le conçoivent réellement. Aujourd’hui, c’est la même chose mais de façon digitale, les clients glissent des blocs d’éléments sur une page pour nous indiquer le design qu’ils désirent. La maquette est envoyée à l’équipe pour élaborer le vrai site.

Aujourd’hui, WebMyDay c’est donc une académie en ligne mais c’est également du physique avec des bootcamp sur 2 jours pour apprendre aux clients à gérer leur site et boutique web. Pendant ces 2 jours, on voit plusieurs thématiques comme apprendre à gérer le blog de leur site, le SEO, leur woocommerce. On les familiarise également aux notions de responsive, de sécurité informatique mais également en acquisition client.

Dès qu’un client achète chez nous, il bénéficie d’un coaching constant et à tout instant. C’est comme cela que l’on peut accompagner les clients du mieux possible.

Bastien

Et aujourd’hui, où en est l’aventure ? Quel est le chemin déjà parcouru ?

Julia

Aujourd’hui, nous venons de sortir la V2 de notre plateforme. Pour reprendre dans l’ordre chronologique des choses, nous avons construit la plateforme Beta de janvier à avril. Janvier et février ont été la phase de test, nous avions 5 Beta testeurs pour nous aider à concevoir une plateforme fonctionnelle. Un deuxième temps de tests a été effectué de mai à juillet pour intégrer de nouvelles fonctionnalités et nous permettre de recevoir le premier Bootcamp en présentiel en juillet et un second en septembre !

Toujours dans la continuité du développement de la plateforme, nous avons sorti notre V2 il y a quelques jours.

Des valeurs avant tout humaines

Bastien

Vous faites entrer une dimension humaine dans un secteur relativement fermé, pourquoi intégrer les clients directement dans votre produit ?

Julia

Bien sûr et c’est même évident je dirais. Aujourd’hui, nous nous adressons à des personnes pour qui, construire un site internet et développer leur activité, est l’aboutissement d’un projet de vie. Donc ce qu’on vend, c’est bien plus qu’un produit, c’est un accompagnement, un support, un soutien. Aujourd’hui, c’est une dimension que l’on veut continuer de développer et on espère pouvoir avoir une relation avec nos clients pendant encore longtemps.

Bastien

À long terme, comment vois-tu cette relation client au sein de WMD ?

Julia

Aujourd’hui, on donne tout ce qu’on a pour chaque client. D’ici 1 an ou 2, les enjeux de satisfaction seront les mêmes mais il sera plus difficile d’y arriver. C’est souvent le problème des boites qui grossissent trop rapidement. Mais si tu arrives à avoir les clients et la satisfaction, c’est incroyable ! Évidemment, c’est ce qu’on vise.

Tendances

Bastien

Et dans le marketing quelles sont les tendances de demain d’après toi ?

Julia

Ahah ! Bonne question ! Ça change tellement vite ! Et en même temps ça ne bouge pas. On voit des tendances qui survolent les marchés ! Elles explosent rapidement puis s’estompent. D’autres sont là, se construisent doucement mais sont bien présentes. En fait, il y a des grandes tendances et dans ces grandes tendances passent les petites. La grande tendance de ces dernières années par exemple ce sont les réseaux sociaux. Les sous tendances ce sont Facebook, LinkedIn (pour le BtoB). Pour répondre à ta question je pense que la prochaine sous tendance c’est l’optimisation d’Instagram par les entreprises pour leurs prospections. Je pense qu’il y a quelque chose à faire de ce côté-là. C’est un canal d’acquisition encore sous-exploité à mon sens.

Bastien

Merci Julia pour cet entretien. J’espère que ça t’a plu et que l’on aura l’occasion d’échanger à nouveau ultérieurement. 

Julia

Merci beaucoup Bastien, ce fut un plaisir.